Ellessence
Mon bien-être au quotidien
Ellessence, le site généraliste du Bien-être > Médecines naturelles > L'Ayurvéda ou médecine indienne > Les origines de l'Ayurvéda

Les origines de l'Ayurvéda

Des origines religieuses et mythologiques

L’Ayurvéda est, avec la médecine chinoise, l’une des sciences médicales la plus ancienne de l’humanité, et remontrait à 2500 avant JC, date estimée de son livre fondateur, l'Agnivesha Samhita.

On estime l’apogée de cette pratique pendant la période védique (-2000 avant JC) et son déclin à partir du VIIIème siècle de notre ère.

Apparue en Inde, les origines de l’Ayurveda sont à la fois religieuses et mythologiques.
Pour certains, les dieux Shiva et Parvati auraient délivré leurs connaissances aux Rishis, les sages; pour d’autres c’est la légendaire Dhanvantari qui reçut son savoir de Brahma, le dieu hindou de la Création. Ce savoir fut consigné dans les textes sacrés indiens : les Véda.

L’Ayurveda correspond à la branche pratique des Veda. Il rassemble les textes théoriques et les remèdes se rapportant à la quête de la longévité, du vivre bien.
En mêlant sacré et profane, l’Ayurvéda propose une vision holistique de l’homme : considéré comme faisant partie intégrante de l’univers, l’homme doit vivre en harmonie avec son environnement.

La maladie traduit un déséquilibre dans cette harmonie, et l’Ayurvéda vise à réparer ce dysfonctionnement par un ensemble de pratiques tenant compte des facteurs internes au patient (âge, constitution, condition physique et psychique) et des facteurs externes (hygiène de vie, lieu de vie, activité, saisons).
 

Des ouvrages fondateurs

Deux ouvrages sont fondateurs : Le Charaka Samhita (texte) est le texte le plus ancien, et le Sushruta Samhita est le plus complet, il date du Ier millénaire avant notre ère. Le Charaka Samhita propose une sorte de collection des colloques délivrés par les Rishis, les sages. 

Les deux traités médicaux ont fortement influencé le développement et la compréhension (un peu oubliée aujourd’hui) de l’Ayurveda. Les textes qui suivirent ne firent que reprendre l'essentiel des 2 premiers textes, en les enrichissant de nouvelles découvertes. En effet, le propre de la médecine ayurvédique est de ne pas reposer pas sur un texte figé.
 
Ces textes abordent huit disciplines visant à soulager les maux des patients :

  • la chirurgie
  • les maladies affectant la tête le cou (sphère ORL)
  • la médecine générale
  • les possessions démoniaques, maladies mentales (psychiatrie)
  • les maladies enfantines (la pédiatrie)
  • la prévention et le renforcement du système immunitaire
  • les aphrodisiaques
  • la toxicologie ou empoisonnement

Ces huit domaines amènent à comprendre l'avancée de la réflexion de la médecine indienne, qui envisag l'homme sous tous les aspects afin de proposer une médecine à la fois préventive et curative.